Baptême du tunnelier Eole à Courbevoie

À quelques semaines de son entrée en action, le tunnelier qui permettra de relier la gare Haussmann Paris Saint-Lazare à Nanterre a été baptisé le 28 novembre en présence des partenaires du projet Eole – le prolongement du RER E à l’ouest – qui ont pu rendre ce projet concret : Elisabeth Borne, Ministre des Transports, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France et Présidente d’Île-de-France Mobilités, Christophe Najdovski, Adjoint au Maire de Paris, Patrick Devedjian, Président du Département des Hauts-de-Seine, Pierre Bédier, Président du Département des Yvelines, Thierry Dallard, Président du Directoire de la Société du Grand Paris, Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau, Alain Krakovitch, Directeur Général de SNCF Transilien.

Ce geste symbolique marque une nouvelle étape de la modernisation des transports franciliens. La mise en service est programmée pour 2022 !

 

Le puits d’entrée du tunnelier à Courbevoie

 

Un chantier d’une ampleur exceptionnelle pour les trains du quotidiens

Le creusement de ce tunnel de 8 km en zone urbaine et à 35m, ce qui en fait le tunnel ferroviaire le plus profond d’Île-de-France, est l’une des prouesses du projet Eole.

Avec la modernisation des lignes existantes et la construction de trois nouvelles gares, à Nanterre et sous les quartiers de la Porte Maillot et du CNIT à La Défense. Le RER E, qui part aujourd’hui de Chelles – Gournay et Tournan, à l’est de Paris et dont le terminus est Haussmann Saint-Lazare, sera prolongé de 55 km et desservira la Porte Maillot, le quartier de La Défense pour relier Nanterre dès 2022 et Mantes-la-Jolie en 2024.

 

Le tunnel à 35 mètres sous terre où est assemblé le tunnelier

 

Une avancée majeure pour les voyageurs et les territoires

La future ligne E sera la ligne la plus interconnectée d’Île-de-France. Elle le sera avec tous les RER (A, B, C et D), 10 des 14 lignes de métro, 7 lignes de trains , 5 lignes de trams, les futures lignes 15 et 16 du Grand Paris Express, une centaine de lignes de bus dont celles desservant les trois aéroports parisiens.

Grâce à ces interconnexions, les voyageurs auront plus de choix dans leurs déplacements. Ils bénéficieront également de nouveaux itinéraires alternatifs en cas de perturbations sur leur itinéraire habituel. Par exemple, la ligne E s’imposera comme un axe de substitution optimal au tronçon central du RER A en cas d’incident.

Eole bénéficiera d’une exploitation à la pointe de l’innovation, le système d’exploitation NEXTEO, avec à la clé une qualité de service nettement améliorée en situation normale et une gestion des incidents plus fluide et plus réactive.

 

Un matériel roulant nouvelle génération

La future ligne E du RER sera équipée d’un matériel de nouvelle génération financé à 100% par Île-de-France Mobilité : le RER-NG, futur RER d’Île-de-France.

Sous l’impulsion de Valérie Pécresse, Île-de-France Mobilités a engagé une politique ambitieuse d’accélération du renouvellement et des rénovations des trains dans le but d’améliorer la régularité des lignes et le confort des voyageurs franciliens. Avec plus de 700 trains qui seront ainsi remplacés ou rénovés entre 2016 et fin 2021, il s’agit du plus important programme de modernisation d’un parc de train jamais réalisé sur une période aussi courte en Europe.

Spécialement conçu pour la zone dense, le futur RER-NG va permettre d’améliorer la régularité du RER E prolongé à l’ouest, ainsi que des lignes B et D. Saut technologique majeur, ces nouvelles rames de grande capacité (1 860 passagers) offriront plus de confort aux utilisateurs : vraie climatisation, prises USB, éclairage agréable, accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et une vidéo-protection complète. Ce nouveau matériel a fait l’objet d’une étroite collaboration entre Alstom, SNCF et Île-de-France Mobilités. Il possède des plateformes d’échanges spacieuses, une architecture entièrement ouverte (sans séparation entre les voitures) avec des espaces à un niveau aux extrémités du train et d’autres à deux niveaux afin de faciliter la montée et la descente des utilisateurs, ainsi que leur circulation dans la rame.

Dans le cadre du prolongement du RER E vers l’ouest, un marché de 130 rames a été signé pour un investissement de 1,8 milliard d’euros intégralement financé par Île-de-France Mobilités. Elles circuleront dès la mise en service jusqu’à Nanterre-La-Folie en 2022. Une fois l’ensemble du programme réalisé, ce sont 255

Le projet en bref

Le projet de prolongement du RER E à l’ouest comporte 14 stations pour 55km de voies, dont une section entièrement nouvelle entre Saint-Lazare et Nanterre – La Folie (avec la construction de 3 nouvelles gares) puis la reprise des voies de la ligne J du Transilien entre Nanterre et Mantes-La-Jolie qui seront modernisées en profondeur pour l’occasion. Trois départements sont concernés : Paris, les Hauts-de-Seine et les Yvelines.

Le projet est piloté par Île-de-France Mobilités qui en a confié la maîtrise d’ouvrage à SNCF Mobilités pour l’exploitation des services de transports et SNCF Réseau pour l’infrastructure de transport du réseau ferré national.

Le financement est quant à lui assuré par 8 partenaires l’État, Île-de-France Mobilités, la Région Île-de-France, le département des Hauts-de-Seine et des Yvelines, Paris, la Société du Grand Paris et la SNCF pour un montant de 3,80 milliards d’euros pour l’infrastructure, et 1,8 milliards d’euros pour le matériel roulant. L’exploitation de la future ligne sera financée à 100% par Île-de-France Mobilités.

55 km de voies nouvelles sont prévues (dont 47 rénovées et réaménagées). Le prolongement du RER E permettra un trajet de 40 min entre Saint-Lazare et Mantes-la-Jolie. Près de 620 000 voyageurs quotidiens sont attendus à la mise en service.

 

 

Retrouvez toute l’actualité sur le projet sur : www.rer-eole.fr