COB mode d’emploi : à la découverte d’un centre opérationnel bus

Publié le

Votre bus, vous le prenez tous les jours, il vous transporte confortablement et en toute sécurité. Mais savez-vous comment il est entretenu et pourquoi la transition énergétique joue un rôle décisif ? On vous emmène à Vaux-le-Pénil, à la découverte d’un Centre Opérationnel Bus nouvelle génération.

Représentation du futur centre opérationnel bus de Vaux-le-Pénil
Représentation du futur centre opérationnel bus de Vaux-le-Pénil

Un Centre Opérationnel Bus, c’est quoi ?

Au quotidien, les agents l’appelle le « COB » et sous cet acronyme technique, c’est le centre névralgique de votre ligne de bus qui s’anime.

Car le Centre Opérationnel Bus est essentielles à vos transports du quotidien : l’alimentation et le nettoyage des bus, leur remisage et leur maintenance mais également l’accueil et l’administration des personnels, l’organisation du service.

Les COB peuvent accueillir de 20 à 300 bus.

Pourquoi renouveler les COB ?

Pleinement engagée dans la transition énergétique, Île-de-France Mobilités souhaite devenir dès 2030 la première région métropole d’Europe aux transports en commun 100 % décarbonés. Un objectif ambitieux, mais réaliste, qui implique notamment le remplacement des bus et cars qui roulent encore au diesel par des modèles électriques ou au GNV (Gaz Naturel pour les Véhicules) au biométhane. Le biométhane est un gaz obtenu grâce à la fermentation de composés organiques (détritus, déchets agricoles, ordures…), ce qui permet de donner une seconde vie à nos déchets.

À ce jour, 1600 bus sont hybrides ou électriques et 660 autobus et autocars roulent au GNV.

Et c’est pour recevoir, « nourrir » et entretenir ces nouveaux véhicules, qu’il faut rénover, adapter ou même bâtir des centre opérationnels adaptés.

Adapter un centre opérationnel bus : ça veut dire quoi ?

Concrètement, cela implique d’équiper chaque place de stationnement de bus d’une prise de recharge au biométhane ou à l’électrique. Cela nécessite aussi le soutien et le développement d’une filière francilienne de production de ce fameux biométhane.

La conversion des centres opérationnels bus est déjà engagée : 6 ont été équipés de recharges au biométhane et 4 à l’électrique. D’ici le premier semestre 2022, 30 centres opérationnels seront concernés sur toute l’Île-de-France : 4 passeront à l’électrique, 24 seront adaptés au GNV. Et le mouvement ne s’arrêtera pas là car de nouveaux centres opérationnels sont en construction.

Qui construit ces COB ?

Avec la mise en concurrence des lignes de bus, la plupart des nouveaux centres opérationnels sont construits par les opérateurs délégataires, sous la supervision d’Île-de-France Mobilités. D’autres sont bâtis directement par Île-de-France Mobilités comme le dépôt du TZen 4 à Corbeil-Essonnes (91), le dépôt du TZen 5 à Choisy-le-Roi (94), un dépôt à Bondoufle (91) et enfin le dépôt de Vaux-le-Pénil (77), tout juste achevé.

De son côté, la RATP, en accord avec Île-de-France Mobilités, a lancé un plan de conversion énergétique de l’ensemble de ses dépôts à l’horizon 2025.

Avec l’ouverture à la concurrence, les futurs dépôts seront réalisés soit directement par Île-de-France Mobilités soit par les opérateurs de transports dans le cadre de leur délégation de service public.

Vaux-le-Pénil : le COB du futur

Si de nombreux centres opérationnels bus de nouvelle génération sont en cours de réalisation, celui de Vaux-le-Pénil (77) est tout particulier : c’est le premier COB sous maîtrise d’ouvrage directe Île-de-France Mobilités qui sera remis, dès le mois de juillet, au délégataire Transdev en charge d’exploiter les lignes de bus du Grand Melun , dont l’activité commencera dès le mois d’août sur ce site.

Implanté sur un site arboré de 2,2 ha, ce COB pourra accueillir 100 bus propulsés au Gaz naturel (GNV). Les employés du site, eux, seront accueillis dans un bâtiment qui respecte les critères Haute Qualité Environnementale (HQE) avec un toit végétalisé.

Le COB de Vaux-le-Pénil se compose d’un atelier de 2500 m2 destiné à la maintenance et à la réparation des bus, d’un bâtiment de 915m2 dédié à l’exploitation – c’est là que seront situés la plupart des bureaux du site, la salle de prise de service des conducteurs, ou encore l’accueil pour les visiteurs , et d’un parking en ouvrage de 4 800m2 où pourront se garer les salariés de Transdev.

À Vaux-le-Pénil, ce ne sont pas moins de 18 lignes de bus et 3 services de transport à la demande qui seront exploités

Les communes desservies sont Dammarie-les-Lys, Boissettes, Boissise-la-Bertrand, Boissise-le-Roi, La Rochette, Le Mée-sur-Seine, Limoges-Fourches, Lissy, Livry-sur-Seine, Maincy, Melun, Montereau-sur-le-Jard, Pringy, Rubelles, Vaux-le-Pénil, Voisenon, Villiers en Bière, Saint Fargeau-Ponthierry et Seine-Port.