Transition énergétique : les bus d’Île-de-France Mobilités roulent au gaz vert avec GRDF

Publié le

Pour permettre à chacun de se déplacer, chaque jour, de manière plus durable, Île-de-France Mobilités et GRDF s’engagent pleinement dans la transition énergétique.

Des bus plus propres sur toutes les lignes 

Île-de-France Mobilités s’est engagée depuis plusieurs années dans le programme le plus ambitieux d’Europe pour atteindre la décarbonation totale de l’ensemble des modes de transports en commun.

Depuis 2016, Île-de-France Mobilités a donc mis fin aux acquisitions de bus diesel et s’investit, avec ses opérateurs, dans un processus de transition énergétique de son parc de bus et de cars.

Aujourd’hui, 700 bus d’Île-de-France Mobilités roulent avec des gaz 100 % renouvelables et d’ici fin 2021, ce seront 1400 bus et cars qui rouleront au BioGNV.

Dès 2025, en petite couronne, et 2029 dans l’ensemble de la région : 100 % du parc d’Île-de-France Mobilités sera constitué de véhicules plus propres - dont 70 % circuleront au BioGNV, soit plus de 7 000 bus et cars.

Dans le même temps, Île-de-France Mobilités s’est engagée dans la conversion de ses dépôts de bus, indispensable à la mise en service de bus plus propres.

GRDF partage les ambitions d’Île-de-France Mobilités et de la région Île-de-France en matière de mobilité durable et accompagne la transformation énergétique des bus franciliens.

Gaz vert, BioGNV : c’est quoi ?

Le gaz vert est un gaz 100 % renouvelable produit localement à partir de déchets organiques issus de l'industrie agro-alimentaire, de la restauration collective, de déchets agricoles et ménagers, ou encore de boues de stations d'épuration.

Le gaz vert a les mêmes propriétés que le gaz naturel, et peut donc être injecté dans le réseau de distribution de gaz. Il vous permet ainsi de vous chauffer, cuisiner ou… de prendre le bus !

Lorsque le gaz vert est utilisé comme carburant, on l’appelle le BioGNV.

Le gaz vert : moins de CO2, plus d’économie circulaire

Le BioGNV est un carburant qui émet naturellement peu de polluants locaux : 

-       Réduction de 80 % des émissions de CO2 par rapport à un véhicule diesel de même génération

-       50 % d’émissions d’oxydes d’azotes en moins, par rapport à un Euro VI

-       90 % de particules en moins

Voilà pourquoi le BioGNV obtient la vignette Crit’Air 1 qui lui garantit l’accès à toutes les zones à faibles émissions.

D’autre part, rouler au BioGNV c’est faire deux fois moins de bruit qu’un véhicule diesel. Un vrai atout pour les riverains et les conducteurs !

Enfin, produit et utilisé localement en recyclant nos déchets, le gaz vert s’inscrit pleinement dans la dynamique d'une économie circulaire et permet de créer des emplois non délocalisables (4000 dès aujourd’hui, 53 000 à l’horizon 2030).