Bus

Chaque jour, 5 millions de déplacements sont effectués par les franciliens à bord de l’un des 10 500 bus et cars circulant sur l’ensemble du réseau d’Île-de-France Mobilités.

Un réseau qui s’enrichit

Des moyens supplémentaires sont consacrés au développement de ce réseau essentiel à la mobilité des Franciliens et particulièrement aux habitants des départements de grande couronne. Entre 2017 et 2019, Île-de-France mobilités a augmenté le budget annuel dédié au fonctionnement des lignes de bus de 220 millions d’euros pour améliorer 900 lignes. Ces renforts ont nécessité l’achat 500 véhicules supplémentaires et permis la création de plus de 2000 emplois.

Les améliorations visent principalement à adapter le fonctionnement des lignes au rythme de vie des Franciliens : augmentation des fréquences de passage en journée ou aux heures de pointe et amélioration des horaires, avec des bus plus tôt et/ou plus tard. Parfois ce sont les parcours des lignes qu’il faut adapter aux évolutions des territoires comme de nouveaux équipements ou quartiers à desservir, la transformation d’une rue en axe piéton etc….

Un réseau repensé pour la première fois en 70 ans

Ainsi par exemple, les parcours des lignes à Paris qui n’avaient quasiment pas bougé depuis 70 ans ont été largement repensés en avril 2019, notamment pour mieux desservir de nombreux quartiers dont la population a fortement progressé depuis les années 1950 [lien vers le dossier de presse].

Des bus propres et confortables pour toutes les lignes

En 2016, le conseil d'administration d'Île-de-France Mobilités a demandé aux entreprises de transports franciliennes de ne plus passer de nouveaux marchés d’acquisition de bus à motorisation Diesel. Les bus commandés depuis cette date fonctionnent soit à l’électricité soit au biométhane. L’objectif est d’avoir un parc de bus 100% propre en 2025 pour les zones les plus denses de la région et 2030 pour l’ensemble de la région. Il s’agit de l’objectif le plus ambitieux en Europe en matière de transition énergétique. Plus de 350 bus propres circulent déjà et en 2020, ce sont environ 600 bus et cars propres neufs qui vont arriver sur le réseau pour remplacer les bus et cars diesel.

Accueillir ces nouveaux véhicules nécessite en amont de disposer de Centres opérationnels Bus (lieu de garage, d’exploitation et de maintenance des bus) adaptés aux nouvelles technologies, afin de pouvoir notamment les recharger en électricité ou en biométhane.

En plus de ces deux technologies (électricité et biométhane), Île-de-France Mobilités teste en ce moment sur une ligne régulière dans le secteur de Versailles plusieurs véhicules fonctionnant à l’hydrogène.

Depuis 2019, tous les bus achetés par Île-de-France Mobilités sont progressivement équipés d’une climatisation douce, afin d’améliorer le confort des utilisateurs, et d’un nouveau design intérieur notamment avec un nouveau système de couleur des sièges pour mieux faire apparaitre les places réservées aux voyageurs prioritaires (personnes non-voyantes, femmes enceintes, personnes âgées, personnes qui présentent des difficultés à se tenir debout telles qu’une personne avec béquilles...).

Des lignes de plus en plus accessibles

La quasi-totalité des bus et cars disposent aujourd’hui des équipements nécessaires pour accueillir des personnes en fauteuil. Pour qu’une ligne de bus soit considérée comme accessible aux personnes devant se déplacer à l’aide d’un fauteuil roulant, il faut que 70% des arrêts au moins leur permettent de monter et descendre du bus - Île-de-France Mobilités finance au maximum légal de 70 % le coût des travaux réalisés par les gestionnaires de voirie (communes, intercommunalités, départements…) pour rendre les arrêts de bus accessibles.

Si le réseau de bus à Paris est totalement accessible depuis plus de 10 ans, c’est également le cas de plus de 500 lignes de bus sur l’ensemble de la région (septembre 2019), chiffre en constante progression (212 en 2014).

Plus de moyens pour la sécurité des voyageurs

Au-delà de la vidéoprotection et de la radiolocalisation qui équipe près de 100% des bus de la région, la présence humaine est essentielle pour rassurer les voyageurs.

Île-de-France Mobilités finance ainsi plus de 520 agents de médiation sur l’ensemble du réseau, qui accompagnent les voyageurs au quotidien et concourent à instaurer un climat serein et rassurant. Ces personnels sont très appréciés par les voyageurs.

D’autres agents sont formés et équipés pour faire des patrouilles dissuasives ou accompagner les contrôleurs. Il s’agit de la SUGE (Surveillance Générale) et du GPSR (Groupe de protection et sécurité des réseaux), groupes de sécurités déployés sur les réseaux exploités par la SNCF et la RATP. Il n’existait pas de service similaire pour les bus de grande couronne avant 2016.

De plus, 200 agents de sécurité privée financés par Île-de-France Mobilités et employés par les opérateurs de transports sont déployés depuis 2017. Ils garantissent ainsi par leur présence quotidienne et dissuasive, la sécurité des voyageurs, des salariés, des biens, et réduisent le sentiment d’insécurité.

Enfin, un partenariat inédit a été conclu en 2019 avec la gendarmerie nationale qui lui permet grâce à un financement d’Île-de-France Mobilités d’effectuer 1000 patrouilles par an de réserviste de la gendarmerie sur ces mêmes lignes.

Pour améliorer le sentiment de sécurité des voyageurs et notamment des femmes qui utilisent les bus et qui rentrent tard le soir, Île-de-France Mobilités a mis en place le service de descente à la demande qui consiste à offrir la possibilité à toute personne qui le demande de descendre entre deux arrêts de bus, afin de la rapprocher de sa destination finale. Ce service particulièrement pertinent lorsque les arrêts sont éloignés, est mis en place en soirée ou la nuit à partir de 22h. 70 lignes sont concernées par ce dispositif (janvier 2019) qui est progressivement proposé sur de nouvelles lignes.

La même exigence de qualité pour tous les Franciliens, quelque soit son lieu de résidence.

Mise en concurrence des réseaux de bus en grande couronne dès 2021

A partir de 2021, l’exploitation des réseaux de bus de grande couronne sera mise en concurrence, comme c’est le cas depuis des années dans le reste de la France. Cela permet à Île-de-France Mobilités d’avoir les mêmes exigences de qualité de service (ponctualité, propreté, information voyageurs…) sur l’ensemble du réseau régional, sans bouleverser les habitudes des voyageurs et de faire progresser encore plus la satisfaction des voyageurs qui a, en moyenne, dépassé le seuil des 80% de satisfaction vis-à-vis des bus de grande couronne en 2019 A partir de 2025, le réseau de bus exploité par la RATP rentrera à son tour dans ce processus.

Infos pratiques

Prix

Le prix d’un trajet en bus est d’un ticket t+ par voyage et deux tickets t+ pour les destinations au-delà de deux zones. Pour les détenteurs d’un forfait Navigo, les trajets en bus sont inclus.

Horaires

Les horaires et plans des 1 500 lignes de bus sont consultables directement depuis le calculateur d’itinéraire.