Île-de-France Mobilités met en place un comité d’experts sur la question de la gratuité des transports en commun

Valérie Pécresse, Présidente d’Île-de-France Mobilités et de la Région Île-de-France, a mis en place un comité d’experts indépendants (spécialistes des transports, représentants des usagers, économistes et élus) sur la faisabilité de la gratuité des transports en commun, leur financement et la politique de tarification, réflexion relevant en effet de l’autorité organisatrice des transports et de la Région.

Ce comité sera présidé par Jacques Rapoport, ancien président de SNCF Réseau, qui mènera cette réflexion sans parti pris en recueillant notamment les contributions des huit départements franciliens et des collectivités locales concernées. Le rapporteur désigné est Grégoire Marlot, ancien Directeur Général Stratégie pour SNCF Réseau et membre de la commission Spinetta.

Ce comité sera également composé de :

  • Gilles Carrez, Député LR du Val-de-Marne,
  • Gilles Savary, ancien Député PS de Gironde,
  • lain Quinet, Directeur Général Délégué pour SNCF Réseau,
  • Marc Pélissier, secrétaire général de l’Association des Usagers des Transports d’Île-de-France (AUT-IDF),
  • Yves Crozet, professeur à Sciences Po Lyon et à l’Université Lyon II et ex-président du laboratoire d’économie des transports (LET)
  • Fabien Leurent, directeur de recherche au Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris-Est, IFSTARR-ENPC-UPEM
  • Francois Mirabel, Président de l’observatoire énergie et environnement des transports en lien avec l’ADEME, Doyen de la Faculté d’Économie Directeur du SCUIO-IP Université de Montpellier

Les conclusions de l’étude menée devront toutefois tenir compte des besoins de financement actuellement indispensables à la modernisation du réseau de transports en commun francilien. Rappelons que les recettes tarifaires des transports en commun perçues des usagers représentent près de 3 milliards d’euros par an, soit environ 30% des coûts annuels de fonctionnement des transports en Île-de-France, qui sont de l’ordre de 10 milliards d’euros par an. L’amélioration de la qualité de service pour tous les usagers ne peut pas faire l’économie de ces 3 milliards d’euros. Par ailleurs, l’étude s’intéressera bien à l’ensemble des Franciliens afin d’éviter toute discrimination entre les usagers.

Le rapport de cette étude devrait être remis à la Présidente fin septembre 2018.

Île-de-France Mobilités met en place un comité d’experts sur la question de la gratuité des transports en commun